Image_4


De manière traditionnelle, le kumihimo se fait sur un Marudai. Le marudai est une sorte de tabouret en bois troué en sonn milieu, de 40 cm de haut. Le Marudai ne comporte aucune marque pour aider à placer les fils, contrairement au Mobidai dont je vais vous parler plus bas. Les japonaises y travaillent agenouillées, mais on peut aussi très bien le mettre sur une table.
Le principe est simple. Un sac rempli de contre-poids est suspendu à l'extrémité du kumihimo (au noeud liant tous les fils). Les fils eux sont enroulés autour de tamas, des bobines lestées. Tout ceci pour assurer une tension optimale des fils pendant le "kumihimotage".
A retenir : le poids des contre-poids centraux est égal à la moitié du poids total des tamas.

Image_1


Image_3

Un autre moyen plus "portatif" de faire des kumihimo est le Mobidaï. Il s'agit d'un disque en mousse comportant des fentes sur tout le pourtour.


Image_2

Ces fentes servent à coincer les fils. Ici, aucun système de poids et contre-poids n'est indispensable, tenir le kumihimo fermement suffit. On trouve des schémas pour mobidaï facilement sur le net. Voici quelques liens :

(mais que les heureuses détentrices de Marudaï soient rassurées, ces schémas peuvent bien sûr être appliqué sur leur tabouret chéri...)